Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

raler

  • Très cher art de la rouspette,

    Je ne sais pas pour vous mais moi je ne sais pas râler.

    (c'est marrant comme j'arrive parfaitement à imaginer mon amoureux à deux doigts de s'étouffer en lisant ces mots).

    Non mais bien sur que je sais râler, je suis une fille!

    Ce que je veux dire par là c'est que si je suis capable de gueuler comme un putois (oui ça gueule un putois, t'y connais rien d'abord!) devant le journal TV, ou quand je joue (rarement) à un jeu vidéo (j'ignore pourquoi mais je me transforme dans ces cas là en véritable poissonnière, à jurer comme un charretier!) ou contre mon amoureux il faut bien le reconnaître... je suis incapable par exemple de raler au restaurant quand on me sert un truc qui est froid ou un truc pas terrible.

    Le seul truc sur lequel j'arrive à râler de temps en temps - parfois je suis magnanime - c'est sur le coca light.... je ne supporte pas qu'on me serve du coca au verre. Tu te retrouve alors avec un verre de coca sans bulles, tout juste frais,  tout droit sorti d'une bouteille à 1,20 euros que tu viens de payer trois fois en un seul verre pas bon.

    Mais en dehors de ça, je suis incapable de râler quand c'est trop long, quand ce n'est pas bon etc, etc.

    Les rares fois où j'arrive à râler ou à faire un truc dingue du gennre, je quitte la table et je me barre au moment où le serveur arrive apès trois quart d'heure d'attente, le tout en tirant une gueule de 3m de long, je me sent comme Wonder Woman qui vient de botter le derrière d'un gros vilain méchant ou comme un alpinistre qui vient de gravir le Mont Blanc ou comme...ouais bon vous avez compris l'image!

    wonder-woman.jpg

    En plus je suis franchement guignarde avec la rouspette.

    Dans la rue par exemple quand je rale contre une incivilité (du genre Et la poubelle là tu ne l'as pas vu?) je tombe toujours sur quelqu'un d'hyper gentil qui ne l'a pas fait expres qui s'excuse platement en me regardant avec un air de bambi qui vient de voir sa mere transformée en trophée de chasse...je me sent alors totalement miserable et avec le coeur tout noir à l'interieur, c'est horrible !

    Pire que tout, je ne sais pas râler chez le coiffeur.

    D'autant que je suis un cas à part, ma coiffeuse c'est ma tante, elle me coiffe depuis que j'ai des cheveux (soit depuis tard si j'en crois la légende Kojak qui m'a poursuivis pendant longtemps). Du coup les fois où il m'a fallut trouver un autre coiffeur, j'vous dit pas le traumatisme tant pour moi que pour mes cheveux.

    images.jpg

    En plus chez les coiffeurs c'est comme partout, il y a les bons et les mauvais.

    Quoiqu'il en soit impossible pour moi de dire quand cela ne me plait pas.

    Je suis donc sortie plus d'une fois délestée d'une 40 d'euros en moyenne avec tantôt un coiffage style "coiffé surtout décoiffé", un brushing qui tombe à peine sortie du salon, ou une coupe que ne m'aurait pas envié une teufeuse de rave party, ne manquaient plus que les mèches fluo (si si j'vous jure!).

    Autant vous dire que j'ai du me faire violence ce week end quand entre les mains d'une jeunette et de ses brosses, j'ai tenté de lui faire comprendre gentillement que son oeuvre ne me plaisait pas des masses, des masses. Qu'elle ne fut pas mon étonnement quand la jeunette est devenue furie ne comprenant pas que je ne sois pas conquise pas cette bouclette applatie par ici cette méchasse avec un faux pli par là.

    - artiste incomprise-

    C'est donc limite au bord des larmes, faut pas déconner quand même j'étais témouine lors du mariage de ma meilleure amie, que j'ai insisté, avec force excuses, lui rappelant mon rôle important ce week end et accessoirement que j'étais cliente et que j'entendais en avoir pour mon argent...

    Ce fut une lutte acharnée... mais je n'ai pas baissé les bras même quand la coiffeuse s'est mise à jeter des barettes à travers le salon, du coup voyant mon désarrois qui commençait fortement à ressembler à "je vais lui faire bouffer sa brosse ronde à cette coiffeuse" la patronne a accepté de s'occuper de moi et de reprendre le truc que j'avais sur la tête.

    Au final la crise a été évité, et j'ai été coiffé (ou pas)

    Mais punaise que c'est difficile de raler!

    Et vous raleur/se ou pas?

    Bonne journée

    La fée sa raleuse