Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

harlequin

  • Très chère grande littérature,

    Le suspence était insoutenable, je sais...

    et je sais aussi que vous mourriez d'envie de savoir (surtout toi Anthony..tu vas pas être déçu!) de quel livre je parlais lundi.

    Il faut reconnaître qu'il y avait du teaser de malade:

    [J'aime pas trop le livre que je lis en ce  moment (cela dit c'était un peu à parier...)]

    Alors figurez vous que ce livre est issu d'une maison d'édition à la renommée mondiale.

    Des millions de livres vendus.

    Si l'on alignait tous les livres de cette maison d'édition toutes collections confondus, on pourrait faire deux fois le tour de la planète (véridique!)

    Un succès phénoménale qui dure depuis plus de trente ans en France!

    Des millions de lecteurs...ou plutôt de lectrices.

    Et là vous vous dites...nooooonn!

    et je vous dis siiiii!!!!

    et vous dites noooon!!

    ...ouais je sais c'est lourd! Mais je vous dit quand même siiiiiii!!!

    Pour ma défense (et là je sens que personne ne va me croire, -comme quand j'achète Voici et que j'essaye de justifier cet achat avec des arguments minuscules- je ne me suis apperçu de ça une fois que je l'ai acheté et à ce moment là seulement...)

    de ça donc:

    Harlequin_logo.gif

    Bon alors pour être honnête je vis très bien le fait d'avoir lu un Harlequin, surtout que d'une manière générale je suis très bonne cliente des téléfilms de M6 à l'eau de rose, d'autant plus que j'ai déjà du en lire un ou deux dans ma folle jeunesse,  étant donné que ma meilleure amie d'alors (elle se reconnaîtra je pense! ;-) aimait beaucoup ces romances aventureuses, sexy et romanesques.

    Voilà donc sur quelle aventure le hasard m'a mené.

    9782280248662.jpg

    Angleterre, 1204. Depuis la disparition de son père, lady Gillian d’Averette a dû renoncer à ses rêves de jeune fille pour prendre la tête du domaine familial, qu’elle dirige d’une main de fer. Aussi se méfie-t-elle lorsqu’un certain Bayard de Boisbaton se présente au château pour la mettre en garde contre une invasion ennemie. Le superbe guerrier a beau prétendre qu’il est envoyé par sa sœur bien aimée, Gillian ne lui fait pas confiance. D’autant que, très vite, il prend possession du domaine comme s’il en était le seigneur, réduisant à néant l’autorité que Gillian a si durement conquise. Furieuse de se voir dicter sa conduite par un étranger, et déterminée à préserver son indépendance, elle décide de tout faire pour déstabiliser le chevalier

    Tout un programme n'est ce pas!

    Bref tout cela pour dire que je n'ai pas accroché, l'histoire est bien évidement cousu de fil blanc, sans vraiment de relief ni même de suspense. En revanche une ou deux scènes légèrement canailles m'ont fait regarder par dessus mon épaule pour voir si quelqu'un voyait ce que je lisais...

    Je ne réitèrerai pas l'expérience même si j'voue que c'était plutôt marrant.

    Savez vous néanmoins que tout un chacun ou presque peut écrire un roman pour la maison d'édition Harlequin?

    A vous de choisir si vous souhaitez voir votre oeuvre paraître dans la collection Romance, Historique, Intrigue ou même encore Désir...plusieurs collections au choix!

    Mais attention, il faut respecter les règles (règles propres à chaques catégories!!); elles sont en anglais car issu du site en version .com mais il ne me semble pas nécessaire d'être  parfaitement bilingue pour comprendre:

    J'ai choisi de vous montrer les consignes de la catégorie Désir...

    Contemporary, sensual, conflict-driven romances that feature strong-but-vulnerable alpha heroes and dynamic heroines who want love—and more! Reads that are always powerful, passionate and provocative.

     

    • Juicy, intense, dramatic storylines with a highly sensual feel (forte teneur en sensualité...caliente!)
    • High-stakes emotional and/or external conflicts drive the plot
    • Fresh, original takes on classic themes
    • Stories can be set throughout the world, but should not feel exotic
    • Sexual language is euphemistic and romantic, not explicit (lol) (parler cul ok mais avec délicatesse)
    • The reader should feel swept away from the everyday
    • Characters should have believable, sympathetic motivations (gentils héros)
    • An emotional payoff befitting a powerful, passionate and provocative read
    • No paranormal or romantic suspense stories (non aux extraterrestres et aux fantômes!)

    Featured in Harlequin Desire

     A powerful and wealthy hero un homme de pouvoir et d'argent —an alpha male with a sense of entitlement avec des valeurs, and sometimes arrogance mais un peu d'arrogance, goujat mais pas trop quand même. Beneath his alpha exterior, he displays vulnerability, and he is capable of being saved by the heroine. The Harlequin Desire hero often has fewer scenes from his point of view, but in many ways, he owns the story. Readers should want to fall in love with and rescue the Harlequin Desire hero themselves! Le lecteur veut tomber amoureux du héros.

    The Harlequin Desire heroine knows who she is and what she wants l'héroine quand à elle sait ce qu'elle veut et qui elle est. She is complex and can be vulnerable herself. She is strong-willed and smart, though capable of making mistakes when it comes to matters of the heart. Elle est forte et résolue quoique capable de faire des erreurs quand les sentiments s'en mêlent... The heroine is equally as important as the hero, if not more so. L'héroine est aussi importante que le héros, voir plus parfois.

    C'est pas énorme franchement toutes ces règles? Moi je suis fan!

    Il me semble qu'avant il y avait même des consignes indiquant que le héros devait avoir une meilleure situation que l'héroine qui devait quand à elle avoir une situation inférieur mais bonne quand même...

    Lui Tarzan moi Jane, grrrr!!

    Alors, seriez vous tentez par l'écriture d'un Harlequin?

    En avez vous déjà lu?

    Bonne journée à tous

    La fée sa midinette

    PS: sur les conseils de Anne Laure de la Rue Rivard j'ai attaqué Faerie de Raymond E. Feist, on change de registre je crois que je vais avoir peur...