Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

eva rice

  • Très chère Eva Rice,

    Ma chère Eva,

    Cela fait un bon moment que je n'ai pas parlé de mes lectures et pourtant c'est fou ce que j'ai lu ces derniers temps.

    Bien ce soit ma véritable dernière lecture, je ne vais pas vous parler du "Le Rouge et le Noir" de Stendhal, que j'ai relu, prise d'une soudaine envie de me replonger dans les grands classiques de la littérature. D'autant que, les puristes me pardonneront je l'espère, mais pffff qu'il était long et que les personnages certes romantiques sont lunatiques et changeants! C'est étonnant de voir à quel point un livre change de "goût" selon l'époque, l'âge, ou même l'état d'esprit dans lequel on le lit. Je pense même ne pas oser relire certains livres que j'ai dévoré dans ma jeunesse et qui m'ont laissé un formidable souvenir, je ne voudrai pour rien au monde les gâcher.

    Il ne s'agit donc pas aujourd'hui de grande littérature mais d'un doux moment de lecture que je vous propose. Allez suivez moi, je vous emmène dans l'Angleterre des années 50', avec des bonnes manières et du rock'n roll! Grace à Eva Rice et "L'Amour comme par hasard".

    eva rice.jpg

    Quatrième de couverture:
     
    1954, Pénélope et Charlotte, de jeunes anglaises issues de familles aristocratiques mais désargentées, sont folles du chanteur Johnnie Ray, qui fait fureur des deux côtés de L'Atlantique. Harry, le cousin de Charlotte, essaie de conquérir une extravagante actrice américaine qui s'est fiancée avec un autre. Pénélope, elle, est subjuguée par l'irrésistible Rocky Dakota, un imprésario hollywoodien de vingt-cinq ans son aîné. Mais Rocky s'intéresse-t-il à elle ou à sa mère, une veuve éblouissante qui ne s'est jamais remise de la mort de son mari bien-aimé au champ d'honneur ? Un marivaudage, dans lequel Eva Rice réinvente avec esprit les jeux de l'amour et du hasard, dans une Angleterre attachée à ses traditions, sur fond de rock'n roll.

    Les héroïnes d'Eva Rice ont un petit je ne sais quoi de Jane Austen, un brin rebelles, elles ne rentrent pas tout à fait dans le moule que le monde et la bienséance souhaiteraient leur imposer. L'Amour comme par hasard, c'est 500 pages de plaisir et de charme, de frou-frou et de jolies robes, des personnages pétillants dans un Londres qui fait la fête au son d'un rock'n roll qui est sur le point de découvrir le King...

    C'est doux comme un collier de bonbon, ou une jupe qui tourne, ça se lit tout seul et ça fait sourire, avec les beaux jours qui repartent arrivent, c'est parfait!

    Seul petit bémol mais qui ne s'adresse en rien à vous ma chère Eva mais à vos éditeurs français: ARRETEZ DE FAIRE DES TRADUCTIONS DE TITRES AUSSI MEDIOCRES!!! Comment peut on réellement passer du délectable "l'Art oublié (perdu) de garder les secrets" au fade "L'Amour comme par hasard!?

    Votre lecture de moment ça donne quoi de votre côté?

    Bonne journée à tous

    Clochette.