Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

du vent dans les mollets

  • Très chère Carine Tardieu, "Du Vent dans les Mollets"

    Très chère Carine Tardieu,

    Je suis allée voir vendredi soir votre film au titre si frais et si poétique:

    DU VENT DANS LES MOLLETS.

    VENT-DANS-MES-MOLLETS_120x160_21-06.jpg

    Je voulais vous dire que j'ai beaucoup aimé votre film, j'ai souris et ça c'est vachement bon.

    J'ai ris même et ça aussi c'est agréable! Et puis j'ai pleuré aussi...mais je pleure souvent (je suis très sensible!).

    Votre film est plein de douceur et de sensibilité.

    J'y ai retrouvé des souvenirs d'enfance, des souvenirs d'amitié, de jeux et de rire.

    Drôle de sensation que de se souvenir de cette petite fille que j'ai été, de me sentir proche de ces deux fillettes que j'ai adoré, tout en me sentant tellement proche de leurs mamans, femmes fortes et fragiles à la fois.

    Tantôt proche de l'une aimante et envahissante Agnès Jaoui mère et  épouse qui a peut être oublié qu'elle était aussi une femme, tantôt proche de l'autre, vive et pétillante Isabelle Carré, mère célibataire indépendante souffrant pourtant de sa solitude.

    J'ai aimé ce plongeon dans les années qui m'ont vu naître, j'ai aimé me souvenir que moi aussi j'ai fait partie du club des amis de Barbie (je dois encore avoir chez mes parents le parfum de Barbie d'ailleurs), j'ai aimé les références et les clins d'oeil à une époque où la vie me semblait plus douce - et purtant si dure aussi -, j'ai aimé réentendre le mythique générique de Dallas, j'ai aimé me dire que moi aussi j'ai eu un cartable Tann's tout comme j'ai adoré entendre la célèbrissime BO qui a fait danser toute une génération d'amoureux.

    Aujourd'hui encore entendre les premières notes de cette musique me fait sourire et pétiller les yeux.

    Merci pour ça aussi.

    Alors même si j'ai un peu retrouvé du My Girl dans votre film et peut être une pointe d'Amélie Poulin, j'y ai surtout retrouvé beaucoup de douceur et de tendresse. Même si, à ces mots là il faut aussi ajouter le drame, drame du quotidien, drame de la vie aussi...

    Et si un jour j'ai une fille, j'aimerai vraiment qu'elle ressemble à ces deux petites là, craquantes et tellement attachantes!

    J'ai passé un bon moment grace à vous Madame Tardieu.

    Merci!

    La fée du vent dans ses mollets